Enurésie chez l'adolescent

Sommaire

L’énurésie chez l’adolescent peut être une énurésie primaire (l’enfant n’a jamais été propre) ou bien secondaire (le pipi au lit réapparaît après des années de propreté). Environ 3 % des adolescents de 12 à 15 ans souffrent d’énurésie. Il existe pourtant des solutions à ce problème vécu comme honteux.

Le point maintenant.

Énurésie chez l’adolescent : qu'est-ce que c'est ?

L’énurésie, appelée aussi « pipi au lit », est causée par une immaturité des fonctions urinaires, et surtout du sphincter qui permet de contrôler la vidange de la vessie. Les « commandes » cérébrales ne sont pas toujours prêtes (pour diverses raisons) à retenir les urines pendant la nuit, surtout lorsque le sommeil est profond.

Il existe plusieurs causes d’énurésie chez l’adolescent :

  • un trouble de l’ADH (hormone antidiurétique) qui ne retient pas les urines pendant la nuit (cas le plus fréquent) ;
  • une petite vessie ;
  • un sommeil trop profond qui empêche de sentir quand la vessie est pleine ;
  • un syndrome d’apnée du sommeil ou un problème de respiration qui encombre les voies aériennes ;
  • un psychotraumatisme (accident, perte d’un proche, agression) ou une période d’anxiété importante (examens, divorce des parents).

Les antécédents familiaux (un ou deux parents énurétiques) ainsi que les troubles psychiatriques comme le trouble déficitaire d'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) augmentent le risque.

Chez l'adolescent, l'énurésie traduit souvent une peur de grandir et une envie de rester un enfant. Le punir, le réprimander ou lui témoigner de l’indifférence risquent d’aggraver et de prolonger le problème. Le dialogue est primordial dans le traitement de l’énurésie. L’adolescent a besoin d’être rassuré pour exprimer ses peurs et sa souffrance.

À noter : l’énurésie concerne 3 garçons pour 1 fille.

Caractéristiques de l’énurésie chez l’adolescent

L’énurésie se caractérise par une miction complète et involontaire qui survient pendant le sommeil (une ou plusieurs fois par nuit). Pour faire le diagnostic, il faut que le phénomène se reproduise plusieurs fois par semaine ou par mois.

On distingue :

  • l’énurésie primaire : l’adolescent n’a jamais été propre ;
  • l’énurésie secondaire : l’adolescent se remet à faire pipi au lit après une période plus ou moins longue de propreté.

Plusieurs examens permettent de confirmer le diagnostic :

  • Un bilan urologique est nécessaire chez l’adolescent pour rechercher une malformation ou un problème des voies urinaires.
  • Un diabète doit être écarté avec une bandelette urinaire.
  • Un calendrier mictionnel est aussi demandé pour évaluer précisément le trouble (nombre de pipis, horaires, quantité, fréquence).

Problème d’énurésie chez l’adolescent : les solutions

L’énurésie se guérit dans 25 % des cas par la mise en place de règles hygiéno-diététiques :

  • limiter les apports hydriques (eau et boissons) après 18 heures ;
  • boire principalement avant 16 heures, surtout le matin ;
  • éviter les boissons gazeuses, sucrées, le thé et le café, surtout l’après-midi ;
  • éviter les aliments salés et les laitages le soir ;
  • aller régulièrement uriner dans la journée ;
  • impliquer l’adolescent dans le change de son linge de lit ;
  • éviter les couches (qui renforcent le comportement de bébé) et favoriser l’usage d’une alaise imperméable ;
  • tenir un calendrier mictionnel.

En complément, quand ces mesures ne suffisent pas, il est possible d’avoir recours à des médicaments ou des dispositifs sur avis médical :

  • la desmopressine ;
  • les alarmes sonores qui se déclenchent en cas de miction ;
  • l’oxybutynine ;
  • les antidépresseurs imipraminiques.

Bon à savoir : l'hypnose, la psychothérapie, l'acupuncture ou l'homéopathie peuvent venir compléter ces mesures.

Ces pros peuvent vous aider